Rechtsprechung
   EGMR, 21.10.2008 - 37115/06   

Sie müssen eingeloggt sein, um diese Funktion zu nutzen.

Sie haben noch kein Nutzerkonto? In weniger als einer Minute ist es eingerichtet und Sie können sofort diese und weitere kostenlose Zusatzfunktionen nutzen.

| | Was ist die Merkfunktion?
Ablegen in
Benachrichtigen, wenn:




 
Alle auswählen
 

Zitiervorschläge

https://dejure.org/2008,59192
EGMR, 21.10.2008 - 37115/06 (https://dejure.org/2008,59192)
EGMR, Entscheidung vom 21.10.2008 - 37115/06 (https://dejure.org/2008,59192)
EGMR, Entscheidung vom 21. Januar 2008 - 37115/06 (https://dejure.org/2008,59192)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/2008,59192) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichung

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (8)

  • EGMR, 30.10.2012 - 6086/10

    KARPETAS c. GRÈCE

    Aussi peut-il s'avérer nécessaire de protéger celle-ci contre des attaques destructrices dénuées de fondement sérieux (Sgarbi c. Italie (déc.), no 37115/06, 21 octobre 2008 et Sophie Floquet et Francis Esménard c. France (déc.), nos 29064/08 et 29979/08, 10 janvier 2012).
  • EGMR, 10.01.2012 - 29064/08

    FLOQUET ET ESMENARD c. FRANCE

    Aussi peut-il s'avérer nécessaire de protéger celle-ci contre des attaques destructrices dénuées de fondement sérieux (Sgarbi c. Italie (déc.), no 37115/06, 21 octobre 2008 et De Haes et Gijsels c. Belgique, 24 février 1997, Recueil 1997-I, § 37).
  • EGMR, 19.12.2013 - 10347/10

    MIKA c. GRÈCE

    Si le droit de communiquer des informations sur des questions d'intérêt général est protégé par la Convention, celui-ci ne vaut que s'il est exercé de bonne foi, sur la base de faits exacts, et en apportant des informations «fiables et précises» (Fressoz et Roire précité, § 54 ; Sgarbi c. Italie (déc.), no 37115/06, 21 octobre 2008).
  • EGMR, 24.09.2013 - 43612/10

    BELPIETRO c. ITALIE

    A cet égard, il convient de rappeler que l'action des tribunaux, qui sont garants de la justice et dont la mission est fondamentale dans un Etat de droit, a besoin de la confiance du public pour bien fonctionner (De Haes et Gijsels, précité, § 37 ; Schöpfer c. Suisse, 20 mai 1998, § 29, Recueil 1998-III ; et Sgarbi c. Italie (déc.), no 37115/06, 21 octobre 2008).
  • EGMR, 15.07.2010 - 34875/07

    ROLAND DUMAS c. FRANCE

    Le Gouvernement insiste sur le fait que les propos tenus doivent être modérés lorsque ce n'est pas un homme politique qui est mis en cause, lequel s'expose sciemment à la polémique, mais un représentant de l'autorité judiciaire, autorité fondamentale dans un état de droit (Sgarbi c Italie (déc.), no 37115/06, 21 octobre 2008) et ce a fortiori lorsqu'ils émanent d'un avocat (Coutant c. France (déc.), no 17155/03, CEDH 2008).
  • EGMR, 15.11.2012 - 53579/09

    BARGAO ET DOMINGOS CORREIA c. PORTUGAL

    Si le droit de communiquer des informations sur des questions d'intérêt général est protégé par la Convention, celui-ci ne vaut que s'il est exercé de bonne foi, sur la base de faits exacts, et en apportant des informations «fiables et précises» (Fressoz et Roire c. France [GC], no 29183/95, § 54, CEDH 1999 ; Sgarbi c. Italie (déc), no 37115/06, 21 octobre 2008).
  • EGMR, 04.11.2014 - 11002/07

    SKWIRUT c. POLOGNE

    La Cour rappelle que, si le droit de communiquer des informations sur des questions d'intérêt général est protégé par la Convention, il ne vaut que s'il est exercé de bonne foi, sur la base de faits exacts, et en apportant des informations «fiables et précises» (Fressoz et Roire c. France [GC], no 29183/95, § 54, CEDH 1999, et Sgarbi c. Italie (déc), no 37115/06, 21 octobre 2008).
  • EGMR, 20.02.2018 - 19994/10

    WÓJCIK c. POLOGNE

    La Cour rappelle aussi que, si le droit de communiquer des informations sur des questions d'intérêt général est protégé par la Convention, il ne vaut que s'il est exercé de bonne foi, sur la base de faits exacts, et en apportant des informations «fiables et précises» (Fressoz et Roire c. France [GC], no 29183/95, § 54, CEDH 1999, et Sgarbi c. Italie (déc.), no 37115/06, 21 octobre 2008).
Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Neu: Die Merklistenfunktion erreichen Sie nun über das Lesezeichen oben.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht