Rechtsprechung
   EuG, 16.11.2017 - T-75/14   

Zitiervorschläge
https://dejure.org/2017,43129
EuG, 16.11.2017 - T-75/14 (https://dejure.org/2017,43129)
EuG, Entscheidung vom 16.11.2017 - T-75/14 (https://dejure.org/2017,43129)
EuG, Entscheidung vom 16. November 2017 - T-75/14 (https://dejure.org/2017,43129)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/2017,43129) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichungen (2)

  • Europäischer Gerichtshof

    USFSPEI / Parlament und Rat

    Nichtigkeitsklage - Klagefrist - Unzulässigkeit - Außervertragliche Haftung - Reform des Statuts und der BSB - Verordnung (EU, Euratom) Nr. 1023/2013 - Unregelmäßigkeiten im Verlauf des Verfahrens zur Annahme von Rechtsakten - Keine Anhörung des Statutsbeirats und der ...

  • Europäischer Gerichtshof

    USFSPEI / Parlament und Rat

    Nichtigkeitsklage - Klagefrist - Unzulässigkeit - Außervertragliche Haftung - Reform des Statuts und der BSB - Verordnung (EU, Euratom) Nr. 1023/2013 - Unregelmäßigkeiten im Verlauf des Verfahrens zur Annahme von Rechtsakten - Keine Anhörung des Statutsbeirats und der ...

Sonstiges (2)

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensmitteilung)

    USFSPEI / Parlament und Rat

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensdokumentation)

    Teilweise Nichtigerklärung der Verordnung (EU, Euratom) Nr. 1023/2013 des Europäischen Parlaments und des Rates vom 22. Oktober 2013 zur Änderung des Statuts der Beamten der Europäischen Union und der Beschäftigungsbedingungen für die sonstigen Bediensteten der ...

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (20)

  • EuG, 12.12.2019 - T-527/16

    Tàpias / Rat

    Par ordonnance du 10 décembre 2014, 1e président de la troisième chambre du Tribunal de la fonction publique a décidé, conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure du Tribunal de la fonction publique, de suspendre la procédure dans la présente affaire jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire T-75/14, USFPEI/Parlement et Conseil, soit passée en force de chose jugée.

    Le 19 janvier 2018, 1'arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14, EU:T:2017:813), ayant acquis force de chose jugée, la procédure dans la présente affaire a repris.

    Deuxièmement, s'agissant de l'argument de la requérante selon lequel la consultation du comité du statut des 17 et 18 juillet 2013 aurait violé l'article 10 du statut au motif qu'elle serait intervenue à un stade tardif de la procédure législative, de sorte qu'elle aurait été privée d'effet utile, il convient de relever que l'article 10 du statut impose à la Commission une obligation de consultation qui s'étend, outre aux propositions formelles, aux modifications substantielles de propositions déjà examinées auxquelles elle procède, à moins que, dans ce dernier cas, les modifications correspondent pour l'essentiel à celles proposées par le comité du statut (arrêts du 11 juillet 2007, Centeno Mediavilla e.a./Commission, T-58/05, EU:T:2007:218, point 35 ; du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil, T-17/14, non publié, EU:T:2016:489, point 129, et du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 99).

    D'autre part, le comité du statut, en tant qu'organe paritaire regroupant les représentants des administrations et ceux du personnel, ces derniers étant démocratiquement élus, de toutes les institutions, est amené à prendre en considération et à exprimer les intérêts de la fonction publique de l'Union dans son ensemble (arrêts du 11 juillet 2007, Centeno Mediavilla e.a./Commission, T-58/05, EU:T:2007:218, point 36 ; du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil, T-17/14, non publié, EU:T:2016:489, point 130, et du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 100).

    Il s'ensuit que, lorsque la Commission procède à une modification de sa proposition de révision du statut lors de la procédure législative ordinaire, elle a l'obligation de consulter de nouveau le comité du statut avant l'adoption par le Conseil des dispositions réglementaires concernées, lorsque cette modification affecte de façon substantielle l'économie de la proposition (arrêts du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil, T-17/14, non publié, EU:T:2016:489, point 135, et du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 101).

    Or, en l'espèce, force est de constater que, si la Commission a fait usage de son pouvoir d'initiative législative en présentant la proposition de modification du statut au Parlement et au Conseil le 13 décembre 2011, elle n'a pas fait usage de ce pouvoir pour modifier ladite proposition (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 102).

    Or, selon le point 13 de la déclaration commune sur les modalités pratiques de la procédure de codécision (article 251 du traité CE) (JO 2007, C 145, p. 5), faite par le Parlement, le Conseil et la Commission le 13 juin 2007 et qui régit ces réunions informelles, au stade de la première lecture du Parlement, le rôle de la Commission se restreint à favoriser les contacts pris « pour faciliter la conduite des travaux en première lecture » et à exercer « son droit d'initiative de manière constructive en vue de rapprocher les positions du Parlement [...] et du Conseil, dans le respect de l'équilibre entre les institutions et du rôle que lui confère le traité » (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 103).

    Ainsi, le fait que les négociations en trilogue tenues, en l'espèce, au stade de la première lecture par le Parlement ont abouti, avec la participation de la Commission dont le rôle est rappelé au point 80 ci-dessus, à un compromis entre le Parlement et le Conseil visant à amender la proposition de modification du statut ne saurait être considéré comme constituant une modification de ladite proposition par la Commission elle-même (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 104).

    Par ailleurs, l'adoption en première lecture, par le Parlement, d'un texte ayant amendé la proposition de modification du statut ne saurait pas non plus être assimilée à une modification par la Commission elle-même de sa proposition initiale (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 105).

    Il ressort de ce qui précède que la Commission n'était tenue de consulter à nouveau le comité du statut en vertu de l'article 10 du statut ni après l'aboutissement des négociations en trilogue tenues au stade de la première lecture du Parlement ni après l'adoption, par ce dernier, de sa proposition en première lecture (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 106).

    D'autre part, il convient de souligner que les OSP participant à la commission de concertation n'ont pas demandé en temps utile l'organisation d'une nouvelle réunion en vue d'être entendues sur le texte du compromis provisoire ni même sur le texte du compromis final (arrêts du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil, T-17/14, non publié, EU:T:2016:489, point 170, et du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, points 119 à 122).

    Or, force est de constater que la requérante n'avance aucun élément de fait ou de droit nouveau susceptible de remettre en cause les constatations opérées par le Tribunal dans les arrêts, ayant acquis force de chose jugée, du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil (T-17/14, non publié, EU:T:2016:489), et du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14, EU:T:2017:813), rappelées aux points 91 à 99 ci-dessus, de sorte que le grief de la requérante selon lequel les réunions de la commission de concertation du 6 mai 2013 et du 20 juin 2013 n'ont été que des réunions d'information générale, lors desquelles aucun document n'a été distribué aux OSP et qui n'ont donné lieu à aucune concertation, doit être rejeté comme étant non fondé.

  • EuGöD, 10.12.2014 - F-118/14

    Bärwinkel / Rat

    Ce recours a été enregistré sous la référence T-75/14.

    En application de cette disposition, les parties ont été invitées, par lettres du greffe du Tribunal du 14 novembre 2014, à soumettre leurs observations sur une éventuelle suspension de la procédure dans la présente affaire en raison de l'existence des affaires pendantes T-17/14 et T-75/14 devant le Tribunal de l'Union européenne.

    Il a notamment précisé, d'une part, que les conclusions des parties requérantes dans les affaires T-17/14 et T-75/14 diffèrent des conclusions présentées en l'espèce et, d'autre part, que, dans la mesure où le requérant, âgé de 61 ans, est actuellement dans l'impossibilité d'être promu, toute prolongation de la procédure devant le Tribunal aurait des effets négatifs pour lui.

    Toutefois, le Tribunal considère que, au moins indirectement, le recours dans la présente affaire et, directement, ceux introduits devant le Tribunal de l'Union européenne sous les références T-17/14 et T-75/14 portent sur la validité de l'article 30, paragraphe 3, de l'annexe XIII du statut et de l'article 45 du statut, tels qu'ils résultent du règlement n o 1023/2013.

    En conséquence et également dans un souci de bonne administration, le Tribunal considère qu'il y a lieu de suspendre la procédure dans la présente affaire conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure du Tribunal, jusqu'à ce que les décisions du Tribunal de l'Union européenne qui mettront fin aux instances dans les affaires T-17/14 et T-75/14 soient passées en force de chose jugée.

    1) La procédure dans l'affaire F-118/14, Bärwinkel/Conseil, est suspendue jusqu'à ce que les décisions du Tribunal de l'Union européenne qui mettront fin aux instances dans les affaires T-17/14, U4U e.a./Parlement et Conseil, ainsi que T-75/14, USFSPEI/Parlement et Conseil, soient passées en force de chose jugée.

  • EuG, 12.12.2019 - T-528/16

    OS / Kommission

    Le 2 décembre 2014, 1e président de la troisième chambre du Tribunal de la fonction publique a décidé, conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure du Tribunal de la fonction publique, de suspendre la procédure dans la présente affaire jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire T-75/14, USFPEI/Parlement et Conseil, soit passée en force de chose jugée.

    Le 19 janvier 2018, 1'arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14, EU:T:2017:813), ayant acquis force de chose jugée, la procédure dans la présente affaire a repris.

    Deuxièmement, il importe de rappeler que le lien juridique entre les fonctionnaires et l'administration étant de nature statutaire, les droits et les obligations des fonctionnaires peuvent être modifiés à tout moment par le législateur (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 88), de sorte que ceux-ci ne sauraient se prévaloir d'un quelconque droit de négocier les dispositions du statut (voir, en ce sens, arrêt du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil, T-17/14, EU:T:2016:489, points 117 et 118).

    Les effets d'un tel accord ne sauraient donc s'étendre à toutes les modifications ultérieures du statut par le législateur de l'Union, sauf à priver ce dernier de la possibilité d'exercer la compétence qui lui est conférée par l'article 336 TFUE (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 87).

  • EuG, 12.12.2019 - T-529/16

    Feral / Ausschuss der Regionen

    Le 1 er décembre 2014, 1e président de la troisième chambre du Tribunal de la fonction publique a décidé, conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure du Tribunal de la fonction publique, de suspendre la procédure dans la présente affaire jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire T-75/14, USFPEI/Parlement et Conseil, soit passée en force de chose jugée.

    Le 19 janvier 2018, 1'arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14, EU:T:2017:813), ayant acquis force de chose jugée, la procédure dans la présente affaire a repris.

    Deuxièmement, il importe de rappeler que le lien juridique entre les fonctionnaires et l'administration étant de nature statutaire, les droits et les obligations des fonctionnaires peuvent être modifiés à tout moment par le législateur (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 88), de sorte que ceux-ci ne sauraient se prévaloir d'un quelconque droit de négocier les dispositions du statut (voir, en ce sens, arrêt du 15 septembre 2016, U4U e.a./Parlement et Conseil, T-17/14, EU:T:2016:489, points 117 et 118).

    Les effets d'un tel accord ne sauraient donc s'étendre à toutes les modifications ultérieures du statut par le législateur de l'Union, sauf à priver ce dernier de la possibilité d'exercer la compétence qui lui est conférée par l'article 336 TFUE (arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil, T-75/14, EU:T:2017:813, point 87).

  • EuGöD, 10.08.2015 - F-118/14

    Bärwinkel / Rat

    Ce recours a été enregistré sous la référence T-75/14.

    En application de l'article 42, paragraphe 1, sous a), et paragraphe 2, du règlement de procédure du Tribunal, les parties ont été invitées, par lettres du greffe du Tribunal du 14 novembre 2014, à soumettre leurs observations sur une éventuelle suspension de la procédure dans la présente affaire en raison de l'existence des affaires pendantes T-17/14 et T-75/14 devant le Tribunal de l'Union européenne.

    Il a notamment précisé, d'une part, que les conclusions des parties requérantes dans les affaires T-17/14 et T-75/14 diffèrent des conclusions présentées en l'espèce et, d'autre part, que, dans la mesure où le requérant, âgé de 61 ans, est actuellement dans l'impossibilité d'être promu, toute prolongation de la procédure devant le Tribunal aurait des effets négatifs pour lui.

    Par ordonnance du président du 10 décembre 2014, Bärwinkel/Conseil (F-118/14, EU:F:2014:269), la procédure dans la présente affaire a été suspendue jusqu'à ce que les décisions du Tribunal de l'Union européenne qui mettront fin aux instances dans les affaires U4U e.a./Parlement et Conseil (T-17/14), ainsi que USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14), soient passées en force de chose jugée.

    À cet égard, le Tribunal considère toutefois que, à la suite du prononcé de l'arrêt du 16 juillet 2015, EJ e.a./Commission (F-112/14, EU:F:2015:90) et au regard tant de l'état d'avancement de la procédure dans les affaires U4U e.a./Parlement et Conseil (T-17/14) et USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14) que de la date butoir prévue à l'article 30, paragraphe 3, de l'annexe XIII du statut, à savoir le 31 décembre 2015, il apparaît désormais souhaitable que, dans un souci de bonne administration de la justice, la procédure reprenne dans la présente affaire et qu'un délai soit fixé pour le dépôt par la partie défenderesse de son mémoire en défense, conformément à l'article 43, paragraphe 4, du règlement de procédure.

  • EuG, 14.12.2018 - T-526/16

    FZ u.a. / Kommission

    Mit Beschluss vom 26. November 2014 hat der Präsident der Dritten Kammer des Gerichts für den öffentlichen Dienst die vorliegende Rechtssache nach Anhörung der Parteien bis zur Rechtskraft der abschließenden Entscheidungen in den Rechtssachen U4U u. a./Parlament und Rat (T-17/14) und USFSPEI/Parlament und Rat (T-75/14) ausgesetzt.

    Nach Verkündung des Urteils vom 15. September 2016, U4U u. a./Parlament und Rat (T-17/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2016:489), und sodann des Urteils vom 16. November 2017, USFSPEI/Parlament und Rat (T-75/14, EU:T:2017:813), sowie im Anschluss an die Feststellung, dass innerhalb der Frist des Art. 56 der Satzung des Gerichtshofs der Europäischen Union kein Rechtsmittel gegen diese Urteile eingelegt wurde, ist das Verfahren in der vorliegenden Rechtssache fortgesetzt und die Kommission aufgefordert worden, die Klagebeantwortung einzureichen, was sie innerhalb der gesetzten Frist getan hat, nämlich am 17. April 2018.

    Außerdem betraf die im Kontext der Annahme der Reform, die zum Statut von 2004 geführt hat, zwischen dem Rat und den GBV geschlossene Vereinbarung nur diese Reform, so dass der spätere Erlass der Verordnung Nr. 1023/2013 nicht geeignet war, diese Vereinbarung zu beeinträchtigen, weil eine derartige Argumentation zuzulassen darauf hinauslaufen würde, die dem Unionsgesetzgeber durch Art. 336 AEUV verliehene Zuständigkeit zu beeinträchtigen (vgl. in diesem Sinne Urteil vom 16. November 2017, USFSPEI/Parlament und Rat, T-75/14, EU:T:2017:813, Rn. 86 bis 89).

    Zu der Frage, ob die GBV im Rahmen des Verfahrens zur Annahme des neuen Statuts - auch im Hinblick auf die Art. 27 und 28 der Charta der Grundrechte - hinreichend unterrichtet und angehört wurden, hat sich das Gericht bereits umfassend geäußert, indem es in den Urteilen vom 15. September 2016, U4U u. a./Parlament und Rat (T-17/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2016:489, Rn. 120 bis 174), und vom 16. November 2017, USFSPEI/Parlament und Rat (T-75/14, EU:T:2017:813, Rn. 96 bis 124) ausführlich auf die von mehreren GBV insoweit erhobenen Rügen eingegangen ist.

  • EuGöD, 14.04.2015 - F-7/15

    Dumitrescu u.a. / Kommission

    En l'espèce, les parties ont été invitées par lettres du 3 mars 2015 à présenter leurs observations sur une éventuelle suspension de la procédure jusqu'à ce la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire introduite devant le Tribunal de l'Union européenne sous la référence T-75/14 soit passée en force de chose jugée.

    Par lettre du 16 mars 2015, 1es requérants ont fait observer, d'une part, que, si le recours enregistré sous la référence T-75/14 faisait effectivement état, conformément à son résumé, tel que publié sur le site Curia, d'une remise en cause de la validité de l'article 8 de l'annexe VII du statut, il ne semblait pas, toujours à la lecture de son résumé, qu'un tel recours développait des moyens spécifiques à l'encontre dudit article.

    En premier lieu, il convient de constater que le recours enregistré devant le Tribunal de l'Union européenne, sous la référence T-75/14, met en cause, entre autres choses, la validité de l'article 8 de l'annexe VII du statut, dont l'annulation est expressément demandée dans les conclusions dudit recours, lequel développe, aux points 70 à 75 de la requête, des moyens autonomes dirigés contre le paragraphe 2 de l'article 8 de l'annexe VII du statut, lui-même attaqué, par la voie de l'exception, dans la présente affaire.

    En conséquence, il y a lieu de suspendre la procédure dans la présente affaire, conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure, jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire enregistrée sous la référence T-75/14 soient passée en force de chose jugée.

    1) La procédure dans l'affaire F-7/15, Dumistrescu e.a./Commission, est suspendue jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire T-75/14, USFSPEI/Parlement et Conseil, soit passée en force de chose jugée.

  • EuGöD, 10.12.2014 - F-121/14

    Tàpias / Rat

    En l'espèce, les parties ont été invitées par lettres du 17 novembre 2014 à présenter leur observations sur une éventuelle suspension de la procédure jusqu'à ce la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire introduite devant le Tribunal de l'Union européenne sous la référence T-75/14 soit passée en force de chose jugée, au motif que la validité de l'article 66 bis du statut était également mise en cause dans ladite affaire.

    Elle a fait remarquer que le recours enregistré sous la référence T-75/14 ne portait pas sur la validité de l'article 66 bis du statut, puisqu'il ne visait, conformément à son résumé, tel que publié sur le site Curia , qu'à « l'annulation des points 27, 32, 46, 64, sous b), 65, sous b) et 67, sous d) du règlement n o 1023/2013 ».

    Toutefois, force est de constater que le recours enregistré devant le Tribunal de l'Union européenne sous la référence T-75/14 met en cause, entre autres choses, la validité de l'article 66 bis du statut, ainsi qu'il ressort expressément des points 79 à 83 de la requête et de sa partie conclusive.

    En conséquence, il y a lieu de suspendre la procédure dans la présente affaire, conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure, jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire enregistrée sous la référence T-75/14 soient passée en force de chose jugée.

    1) La procédure dans l'affaire F-121/14, Tàpias/Conseil, est suspendue jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire T-75/14, USFSPEI/Parlement et Conseil, soit passée en force de chose jugée.

  • EuGöD, 03.12.2014 - F-106/14

    Aresu / Kommission

    En l'espèce, les parties ont été invitées par lettres du 6 novembre 2014 à présenter leurs observations sur une éventuelle suspension de la procédure jusqu'à ce que les décisions mettant fin à l'instance dans les affaires introduites devant le Tribunal de l'Union européenne sous les références T-20/14, T-22/14 et T-75/14 soient passées en force de chose jugée, au motif que la validité de l'article 7 de l'annexe V était également mise en cause dans lesdites affaires.

    Par lettre du 20 novembre 2014, 1e requérant a fait observer que le Tribunal de l'Union européenne venait de se prononcer dans les affaires enregistrées sous les références T-20/14 et T-22/14 et que l'objet de l'affaire enregistrée sous la référence T-75/14 était différent de celui du présent recours.

    Par ailleurs, il convient d'observer que le recours enregistré devant le Tribunal de l'Union européenne sous la référence T-75/14 met en cause, entre autres choses, la validité de l'article 7 de l'annexe V du statut, ainsi qu'il ressort expressément des points 76 à 78 de la requête et de sa partie conclusive.

    En conséquence, il y a lieu de suspendre la procédure dans la présente affaire, conformément à l'article 42, paragraphe 1, sous a), du règlement de procédure, jusqu'à ce que les décisions mettant fin à l'instance dans les affaires enregistrées sous les références T-20/14, T-22/14 et T-75/14 soient passées en force de chose jugée.

    1) La procédure dans l'affaire F-106/14, Aresu/Commission, est suspendue jusqu'à ce que les décisions mettant fin à l'instance dans les affaires T-20/14, Nguyen/Parlement et Conseil, T-22/14, Bergallou/Parlement et Conseil, et T-75/14, USFSPEI/Parlement et Conseil, soient passées en force de chose jugée.

  • EuG, 30.04.2019 - T-516/16

    Alvarez y Bejarano u.a. / Kommission

    Par décision du 5 novembre 2014, 1e président de la troisième chambre du Tribunal de la fonction publique a décidé de suspendre la procédure dans le premier recours jusqu'à ce que les décisions mettant fin aux instances dans les affaires T-20/14, Nguyen/Parlement et Conseil, T-22/14, Bergallou/Parlement et Conseil, et T-75/14, USFSPEI/Parlement et Conseil, soient passées en force de chose jugée.

    Par décision du 25 mars 2015, 1e président de la troisième chambre du Tribunal de la fonction publique a décidé de suspendre la procédure dans le second recours jusqu'à ce que la décision mettant fin à l'instance dans l'affaire T-75/14, USFSPEI/Parlement et Conseil, soit passée en force de chose jugée.

    Les affaires dans l'attente desquelles les procédures avaient été suspendues ont donné lieu aux ordonnances du 11 novembre 2014, Bergallou/Parlement et Conseil (T-22/14, non publiée, EU:T:2014:954), du 11 novembre 2014, Nguyen/Parlement et Conseil (T-20/14, EU:T:2014:955), et à l'arrêt du 16 novembre 2017, USFSPEI/Parlement et Conseil (T-75/14, EU:T:2017:813), et sont passées en force de chose jugée.

  • EuG, 30.04.2019 - T-523/16

    Ardalic u.a. / Rat

  • EuG, 15.02.2019 - T-524/16

    Aresu / Kommission

  • EuGöD, 27.11.2014 - F-99/14

    Nguyen / Rat

  • EuGöD, 27.11.2014 - F-98/14

    Bergallou / Rat

  • EuG, 19.12.2019 - T-100/18

    Wehrheim/ EZB

  • EuG, 14.12.2018 - T-539/16

    GM u.a. / Kommission

  • EuG, 14.12.2018 - T-540/16

    FZ u.a. / Kommission

  • EuGöD, 16.12.2015 - F-118/14

    Bärwinkel / Rat

  • EuGöD, 11.11.2015 - F-80/15

    GK und GH / Kommission

  • EuGöD, 11.11.2015 - F-81/15

    GM und GN / Kommission

Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht