Rechtsprechung
   EuG, 19.04.2013 - T-454/11   

Sie müssen eingeloggt sein, um diese Funktion zu nutzen.

Sie haben noch kein Nutzerkonto? In weniger als einer Minute ist es eingerichtet und Sie können sofort diese und weitere kostenlose Zusatzfunktionen nutzen.

| | Was ist die Merkfunktion?
Ablegen in
Benachrichtigen, wenn:




 
Alle auswählen
 

Zitiervorschläge

https://dejure.org/2013,7266
EuG, 19.04.2013 - T-454/11 (https://dejure.org/2013,7266)
EuG, Entscheidung vom 19.04.2013 - T-454/11 (https://dejure.org/2013,7266)
EuG, Entscheidung vom 19. April 2013 - T-454/11 (https://dejure.org/2013,7266)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/2013,7266) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichungen (2)

  • Europäischer Gerichtshof

    Luna / OHMI - Asteris (Al bustan)

  • EU-Kommission

    Luna International Ltd gegen Harmonisierungsamt für den Binnenmarkt (Marken, Muster und Modelle) (HA

    [fremdsprachig]

Sonstiges (3)

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensmitteilung)

    Luna / OHMI - Asteris (Al bustan)

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensmitteilung)

    Klage

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensdokumentation)

    Gemeinschaftsmarke - Klage der Inhaberin der Bildmarke mit den Wortbestandteilen "Al bustan" für Waren der Klassen 29, 30, 31 und 32 auf Aufhebung der Entscheidung R 1358/20082 der Zweiten Beschwerdekammer des Harmonisierungsamts für den Binnenmarkt (HABM) vom 20. Mai 2011 über die Zurückweisung der Beschwerde gegen die Entscheidung der Nichtigkeitsabteilung, mit der die Marke im Rahmen des Antrags der Asteris Industrial and Commercial Company SA auf Nichtigerklärung teilweise für nichtig erklärt worden war




Kontextvorschau:





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (10)  

  • EuG, 22.11.2018 - T-424/17

    Fruit of the Loom / EUIPO - Takko (FRUIT)

    Elle invoque, à cet égard, les arrêts du 17 avril 2008, Ferrero Deutschland/OHMI (C-108/07 P, non publié, EU:C:2008:234, points 36 et 37), du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan) (T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 36), et du 30 septembre 2014, Scooters India/OHMI - Brandconcern (LAMBRETTA) (T-132/12, non publié, EU:T:2014:843, point 25).

    Certes, selon cette jurisprudence, si la règle 22 du règlement n o 2868/95 mentionne des indications concernant le lieu, la durée, l'importance et la nature de l'usage ainsi que donne des exemples de preuves acceptables, comme les emballages, les étiquettes, les barèmes de prix, les catalogues, les factures, les photographies, les annonces dans les journaux et autre déclaration écrite, cette règle n'indique nullement que chaque élément de preuve doit nécessairement contenir des informations sur chacun des quatre éléments sur lesquels doit porter la preuve de l'usage sérieux, à savoir le lieu, la durée, la nature et l'importance de l'usage revendiqué [arrêt du 16 novembre 2011, Buffalo Milke Automotive Polishing Products/OHMI - Werner & Mertz (BUFFALO MILKE Automotive Polishing Products), T-308/06, EU:T:2011:675, point 61 ; voir, également, arrêt du 19 avril 2013, Al bustan, T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 35 et jurisprudence citée].

    En outre, il est de jurisprudence constante qu'il ne peut être exclu qu'un faisceau d'éléments de preuve permette d'établir les faits à démontrer, alors même qu'aucun de ces éléments, pris isolément, serait de nature à établir l'exactitude de ces faits (voir arrêt du 19 avril 2013, Al bustan, T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 36 et jurisprudence citée).

  • EuG, 06.10.2017 - T-386/16

    Falegnameria Universo dei F.lli Priarollo / EUIPO - Zanini Porte (silente PORTE &

    En effet, l'usage sérieux ne peut pas être démontré par des probabilités ou des présomptions, mais doit reposer sur des éléments concrets et objectifs qui prouvent une utilisation effective et suffisante de la marque sur le marché concerné [voir arrêt du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 29 et jurisprudence citée].

    En effet, l'usage sérieux ne peut pas être démontré par des probabilités ou des présomptions, mais doit reposer sur des éléments concrets et objectifs qui prouvent une utilisation effective et suffisante de la marque sur le marché concerné (voir arrêt du 19 avril 2013, Al bustan, T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 29 et jurisprudence citée).

    À cet égard, il y a lieu de rappeler que, d'une part, l'usage sérieux ne peut pas être démontré par des probabilités ou des présomptions, mais doit reposer sur des éléments concrets et objectifs qui prouvent une utilisation effective et suffisante de la marque sur le marché concerné (voir arrêt du 19 avril 2013, Al bustan, T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 29 et jurisprudence citée).

  • EuG, 17.12.2015 - T-624/14

    Bice International / OHMI - Bice (bice)

    Nach Regel 22 Abs. 3 der Verordnung Nr. 2868/95 in geänderter Fassung, die nach deren Regel 40 Abs. 6 in Nichtigkeitsverfahren entsprechend anwendbar ist, hat sich der Nachweis der Benutzung auf Ort, Zeit, Umfang und Art der Benutzung der älteren Marke zu beziehen (Urteile vom 19. April 2013, Luna/HABM - Asteris [Al bustan], T-454/11, EU:T:2013:206, Rn. 24, und vom 12. März 2014, Borrajo Canelo/HABM - Tecnoazúcar [PALMA MULATA], T-381/12, EU:T:2014:119, Rn. 27).

    Dagegen zielen diese Bestimmungen weder auf eine Bewertung des kommerziellen Erfolgs noch auf eine Überprüfung der Geschäftsstrategie eines Unternehmens oder darauf ab, den Markenschutz nur umfangreichen geschäftlichen Verwertungen von Marken vorzubehalten (vgl. in diesem Sinne Urteil vom 8. Juli 2004, Sunrider/HABM - Espadafor Caba [VITAFRUIT], T-203/02, Slg, EU:T:2004:225, Rn. 38 und die dort angeführte Rechtsprechung, sowie Urteil Al bustan, oben in Rn. 34 angeführt, EU:T:2013:206, Rn. 23 und die dort angeführte Rechtsprechung).

  • EuG, 10.10.2017 - T-233/15

    Cofra / EUIPO - Armand Thiery (1841)

    En revanche, lesdites dispositions ne visent ni à évaluer la réussite commerciale ni à contrôler la stratégie économique d'une entreprise ou encore à réserver la protection des marques à leurs seules exploitations commerciales quantitativement importantes [voir arrêt du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 23 et jurisprudence citée].
  • EuG, 27.02.2014 - T-37/12

    Advance Magazine Publishers / OHMI - López Cabré (TEEN VOGUE)

    Enfin, la règle 22, paragraphe 3, du règlement n° 2868/95 venant préciser les dispositions de l'article 42, paragraphes 2 et 3, du règlement n° 207/2009 par des indications concernant le lieu, la durée, l'importance et la nature de l'usage [voir, en ce sens, arrêt du Tribunal du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, non publié au Recueil, point 35], il convient de juger en l'espèce que, par l'emploi de l'expression «et/ou», rappelée au point 18 ci-dessus, la requérante entend se prévaloir tant de la méconnaissance de l'article 42, paragraphes 2 et 3, du règlement n° 207/2009 que de celle de la règle 22, paragraphe 3, du règlement n° 2868/95.
  • EuG, 16.01.2014 - T-538/12

    Optilingua / OHMI - Esposito (ALPHATRAD)

    p. II-3445, point 28, et du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, non publié au Recueil, point 29].
  • EuG, 21.01.2015 - T-46/13

    Sabores de Navarra / OHMI - Frutas Solano (KIT, EL SABOR DE NAVARRA)

    Par ailleurs, en vertu de la règle 22, paragraphe 3, du règlement (CE) n° 2868/95 de la Commission, du 13 décembre 1995, portant modalités d'application du règlement n° 40/94 (JO L 303, p. 1), tel que modifié, applicable mutatis mutandis dans les procédures de nullité en vertu de la règle 40, paragraphe 6, dudit règlement, tel que modifié, la preuve de l'usage doit porter sur le lieu, la durée, l'importance et la nature de l'usage qui a été fait de la marque antérieure [arrêts du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, EU:T:2013:206, point 24, et du 12 mars 2014, Borrajo Canelo/OHMI - Tecnoazúcar (PALMA MULATA), T-381/12, EU:T:2014:119, point 27].
  • EuG, 30.01.2015 - T-278/13

    Now Wireless / OHMI - Starbucks (HK)

    À cet égard, pour répondre à la question de savoir si une marque a fait l'objet d'un usage sérieux, il est de jurisprudence constante qu'il ne peut être exclu qu'un faisceau d'éléments de preuve permette d'établir les faits à démontrer, alors même que chacun de ces éléments, pris isolément, serait impuissant à rapporter la preuve de l'exactitude de ces faits [voir, en ce sens, arrêts du 17 avril 2008, Ferrero Deutschland/OHMI, C-108/07 P, EU:C:2008:234, points 36 et 37, du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan) T-454/11, EU:T:2013:206, point 36, et du 30 septembre 2014, Scooters India/OHMI - Brandconcern (LAMBRETTA), T-132/12, EU:T:2014:843, point 25].
  • EuG, 22.09.2017 - T-454/16

    Arrigoni / EUIPO - Arrigoni Battista (Arrigoni Valtaleggio)

    Dans ce contexte, selon une jurisprudence constante, il ressort de l'article 57, paragraphes 2 et 3, du règlement n° 207/2009, lu à lalumièreduconsidérant10 dudit règlement, que la ratio legis de l'exigence selon laquelle la marque antérieure doit avoir fait l'objet d'un usage sérieux consiste à limiter les conflits entre deux marques, à moins qu'il n'existe un juste motif économique pour l'absence d'usage sérieux de la marque antérieure découlant d'une fonction effective de celle-ci sur le marché [voir, en ce sens, arrêts du 8 juillet 2004, Sunrider/OHMI - Espadafor Caba (VITAFRUIT), T-203/02, EU:T:2004:225, point 38 ; du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 23, et du 17 décembre 2015, Bice International/OHMI - Bice (bice), T-624/14, non publié, EU:T:2015:998, point 35].
  • EuG, 18.10.2018 - T-109/17

    FCA US / EUIPO - Busbridge (VIPER)

    En revanche, lesdites dispositions ne visent ni à évaluer la réussite commerciale ni à contrôler la stratégie économique d'une entreprise ou encore à réserver la protection des marques à leurs seules exploitations commerciales quantitativement importantes [voir arrêt du 19 avril 2013, Luna/OHMI - Asteris (Al bustan), T-454/11, non publié, EU:T:2013:206, point 23 et jurisprudence citée].
Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Neu: Die Merklistenfunktion erreichen Sie nun über das Lesezeichen oben.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht