Rechtsprechung
   EuG, 21.07.2016 - T-804/14   

Zitiervorschläge
https://dejure.org/2016,20770
EuG, 21.07.2016 - T-804/14 (https://dejure.org/2016,20770)
EuG, Entscheidung vom 21.07.2016 - T-804/14 (https://dejure.org/2016,20770)
EuG, Entscheidung vom 21. Juli 2016 - T-804/14 (https://dejure.org/2016,20770)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/2016,20770) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichung

Sonstiges (3)

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ...

  • EuG, 12.07.2019 - T-276/17

    Ogrodnik/ EUIPO - Aviario Tropical (Tropical)

    Par son arrêt du 21 juillet 2016, 0grodnik/EUIPO - Aviário Tropical (Tropical) (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), le Tribunal a annulé la première décision de la chambre de recours.

    À la suite de l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), l'affaire a été renvoyée devant l'EUIPO.

    - dans l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), le Tribunal a confirmé que le public pertinent est celui du Portugal, qu'il est composé à la fois du grand public et de clients d'entreprises souhaitant installer un aquarium ou se lancer dans l'élevage de poissons et qu'il fait preuve d'un niveau d'attention moyen ou supérieur à la moyenne ;.

    D'autre part, l'EUIPO soutient, en substance, que par son deuxième chef de conclusions, le requérant tend à remettre en cause l'autorité de la chose jugée qui s'attache à l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), dans la mesure où cet arrêt a déjà validé une partie des considérations sur lesquelles repose la décision attaquée, à savoir le fait que l'usage sérieux de la marque antérieure avait bien été prouvé pour les «aliments pour poissons».

    En premier lieu, ainsi qu'il ressort du point 179 de l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), il y a lieu de comprendre que, par son deuxième chef de conclusions, le requérant demande au Tribunal, en substance, la réformation de la décision attaquée, telle qu'elle est prévue à l'article 65, paragraphe 3, du règlement n o 207/2009.

    En revanche, la chambre de recours a considéré que cet usage avait été prouvé pour les produits «aliments pour poissons» relevant de la classe 31. Le Tribunal a entériné cette position de la chambre de recours (arrêt du 21 juillet 2016, Tropical, T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, point 25).

    Vu l'autorité de la chose jugée qui s'attache à l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), le requérant ne peut pas, par le présent recours, viser à remettre en cause des affirmations déjà effectuées par le Tribunal dans cet arrêt.

    Ainsi qu'il a déjà été jugé dans l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), le territoire pertinent était celui du Portugal et le public pertinent était composé à la fois du grand public et de clients d'entreprises souhaitant installer un aquarium ou se lancer dans l'élevage de poissons, faisant preuve d'un niveau d'attention moyen ou supérieur à la moyenne.

    À titre liminaire, il convient de rappeler que, dans son arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, points 34 et 45), le Tribunal a jugé que les « aliments sous forme de pétales, granulés, grains, extrudats et comprimés, aliments naturels séchés et lyophilisés pour animaux, en particulier pour poissons, poissons d'aquarium, oiseaux, reptiles, amphibiens et petits animaux d'élevage », les « aliments pour plantes contenant des substances nutritives » ainsi que les « produits et préparations pour l'élevage de poissons, poissons d'aquarium, petits animaux d'élevage » relevant de la classe 31, visés par la marque contestée, étaient identiques aux produits «aliments pour poissons» couverts par la marque antérieure.

    En effet, dans l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, points 43 et 44), le Tribunal avait considéré que ces produits ne constituaient pas des exemples des aliments pour animaux mentionnés avant l'expression «en particulier» utilisée dans la liste des produits relevant de la classe 31 désignés par la marque contestée et, de ce fait, ces produits ne pouvaient être considérés, sur la base de ce motif, comme identiques aux «aliments pour poissons» visés par la marque antérieure.

    En outre, il ressort de l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), que les facteurs de la commercialisation par les mêmes entreprises et du point de vente, qui tendent à se confondre avec le facteur du canal de distribution, sont des facteurs pertinents aux fins de la comparaison des produits.

    Il en va de même de la question de savoir si ce sont les mêmes personnes qui achètent un même produit (arrêt du 21 juillet 2016, Tropical, T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, points 61 et 62).

    À cet égard, le requérant ne conteste pas le fait que les produits concernés peuvent s'adresser au même public, comme l'a reconnu le Tribunal dans son arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, point 68).

    Certes, dans son arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, point 68), le Tribunal avait jugé que, en l'espèce, l'identité des consommateurs des produits en cause ne pouvait suffire pour conclure à la similitude moyenne des produits, même en supposant que ces produits soient commercialisés dans le même point de vente.

    De plus, même s'ils sont produits et commercialisés par les mêmes entreprises, voire ont la même nature, il n'en demeure pas moins que les produits et préparations pour l'élevage d'oiseaux, reptiles et amphibiens s'adressent à un public différent de celui des aliments pour poissons, précité (voir, en ce sens, arrêt du 21 juillet 2016, Tropical, T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, point 67).

    Cette conclusion qui, au demeurant, n'est pas contestée par les parties, avait déjà été retenue dans la première décision de la chambre de recours et avait été confirmée par le Tribunal dans son arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, point 117).

    Il convient de rappeler que, dans l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), le Tribunal a déjà examiné l'existence d'un risque de confusion en ce qui concerne les produits visés par la marque contestée jugés identiques à ceux couverts par la marque antérieure cités au point 34 ci-dessus.

    Toutefois, eu égard à l'omission de la chambre de recours de statuer sur l'argumentation du requérant relative à la coexistence paisible des marques, le Tribunal ne pouvait pas statuer définitivement sur l'appréciation globale du risque de confusion, même en ce qui concerne les produits considérés comme identiques (arrêt du 21 juillet 2016, Tropical, T-804/14, non publié, EU:T:2016:431, point 177).

    Il appartenait donc à la chambre de recours de procéder une nouvelle fois à l'appréciation globale du risque de confusion à la lumière de l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431), tant en ce qui concerne les produits déjà considérés comme identiques par le Tribunal, cités au point 34 ci-dessus, qu'en ce qui concerne les autres produits visés par les marques en conflit, dont l'appréciation de la similitude par la quatrième chambre de recours avait été jugée erronée.

    Il y a lieu de relever que les arguments du requérant tirés du caractère distinctif faible, voire inexistant, de la marque antérieure ont déjà été examinés et rejetés par le Tribunal aux points 129 à 136 de l'arrêt du 21 juillet 2016, Tropical (T-804/14, non publié, EU:T:2016:431).

Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht