Weitere Entscheidungen unten: EGMR, 26.10.1984 | EKMR, 15.07.1980

Rechtsprechung
   EGMR, 01.10.1982 - 8692/79   

Sie müssen eingeloggt sein, um diese Funktion zu nutzen.

Sie haben noch kein Nutzerkonto? In weniger als einer Minute ist es eingerichtet und Sie können sofort diese und weitere kostenlose Zusatzfunktionen nutzen.

| | Was ist die Merkfunktion?
Ablegen in
Benachrichtigen, wenn:




 
Alle auswählen
 

Zitiervorschläge

https://dejure.org/1982,5988
EGMR, 01.10.1982 - 8692/79 (https://dejure.org/1982,5988)
EGMR, Entscheidung vom 01.10.1982 - 8692/79 (https://dejure.org/1982,5988)
EGMR, Entscheidung vom 01. Januar 1982 - 8692/79 (https://dejure.org/1982,5988)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/1982,5988) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichungen (3)

Verfahrensgang

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (117)

  • BVerfG, 22.03.2018 - 2 BvR 780/16

    Vorschriften zum Einsatz von Verwaltungsrichtern auf Zeit sind mit der Verfassung

    Zur Unabhängigkeit gehören danach die grundsätzliche Unabsetzbarkeit, die Unversetzbarkeit und die Weisungsfreiheit der Richter sowie der Schutz gegen Einflussnahme von außen, insbesondere durch Exekutive oder Parteien (vgl. EGMR, Piersack v. Belgium, Urteil vom 1. Oktober 1982, Nr. 8692/79, Rn. 27; Kadubec v. Slovakia, Urteil vom 2. September 1998, Nr. 27061/95, Rn. 56).

    Die Tätigkeit von Beamten in einem richterlichen Amt ist mit Art. 6 Abs. 1 EMRK nicht von vornherein unvereinbar; dies gilt erst recht für eine aufeinanderfolgende Tätigkeit in den verschiedenen Staatsgewalten (vgl. EGMR, Ringeisen v. Austria, Urteil vom 16. Juli 1971, Nr. 2614/65, Rn. 97; Ettl and others v. Austria, Urteil vom 23. April 1987, Nr. 9273/81, Rn. 38; McGonnell v. The United Kingdom, Urteil vom 8. Februar 2000, Nr. 28488/95, Rn. 51 f.; Piersack v. Belgium, Urteil vom 1. Oktober 1982, Nr. 8692/79, Rn. 27 f.; Sacilor Lormines v. France, Urteil vom 9. November 2006, Nr. 65411/01, Rn. 72 ff.).

  • EGMR, 12.05.2005 - 46221/99

    Recht auf Freiheit und Sicherheit (Freiheit der Person; rechtmäßige

    Such a situation seriously affects the confidence which the courts must inspire in a democratic society (see, mutatis mutandis , Piersack v. Belgium , judgment of 1 October 1982, Series A no. 53, pp. 14-15, § 30).
  • EGMR, 26.10.1984 - 8692/79

    PIERSACK v. BELGIUM (ARTICLE 50)

    Par un arrêt du 1er octobre 1982, 1a Cour a relevé une infraction à l'article 6 § 1 (art. 6-1) de la Convention: l'impartialité du "tribunal" qui avait statué, le 10 novembre 1978, "sur le bien-fondé" d'une "accusation en matière pénale" dirigée contre l'intéressé, à savoir la cour d'assises du Brabant, "pouvait paraître sujette à caution" (série A no 53, paragraphes 28-32 des motifs et point 1 du dispositif, pp. 13-17).

    Il a en outre exprimé l'opinion que le rejet, le 21 février 1979, du pourvoi de l'intéressé contre l'arrêt litigieux (série A no 53, p. 10, § 17) n'empêchait pas la Cour suprême d'appliquer ledit article, notamment parce qu'elle avait ignoré à l'époque "deux circonstances" sur lesquelles "la Cour européenne appuie (...) sa décision": "d'une part, M. Van de Walle, président de la cour d'assises, avait jusqu'en novembre 1977 dirigé la section du parquet de Bruxelles chargée des poursuites contre Piersack (...)"; "d'autre part, en cette qualité, [il] avait effectivement joué un certain rôle dans la procédure" (ibidem, pp. 15-16, § 31).

    Le président du tribunal de première instance de Mons a décliné sa compétence le 7 septembre 1983, faute de "voie de fait (...) de la part des défendeurs": il a constaté qu'à la suite de l'arrêt du 18 mai 1983 le demandeur était "retombé" sous "le régime de la détention préventive"; la base légale de cette dernière résidait dans l'arrêt de la chambre des mises en accusation du 16 juin 1978 (série A no 53, p. 7, § 13), arrêt que la Cour de cassation n'avait point annulé.

    En rejetant, le 21 février 1979, 1e pourvoi formé contre l'arrêt de la cour d'assises du Brabant (série A no 53, p. 10, § 57), la Cour de cassation a condamné le demandeur aux frais.

    Ce montant se révèle pourtant exagéré car, comme le rappelle le Gouvernement, une partie seulement du pourvoi concernait le problème que la Commission puis la Cour ont eu à examiner (série A no 53, p. 7, § 15).

Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Neu: Die Merklistenfunktion erreichen Sie nun über das Lesezeichen oben.

Rechtsprechung
   EGMR, 26.10.1984 - 8692/79   

Sie müssen eingeloggt sein, um diese Funktion zu nutzen.

Sie haben noch kein Nutzerkonto? In weniger als einer Minute ist es eingerichtet und Sie können sofort diese und weitere kostenlose Zusatzfunktionen nutzen.

| | Was ist die Merkfunktion?
Ablegen in
Benachrichtigen, wenn:




 
Alle auswählen
 

Zitiervorschläge

https://dejure.org/1984,11804
EGMR, 26.10.1984 - 8692/79 (https://dejure.org/1984,11804)
EGMR, Entscheidung vom 26.10.1984 - 8692/79 (https://dejure.org/1984,11804)
EGMR, Entscheidung vom 26. Januar 1984 - 8692/79 (https://dejure.org/1984,11804)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/1984,11804) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichungen (3)

Verfahrensgang

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (44)

  • EGMR, 04.10.2007 - 32772/02

    Verein gegen Tierfabriken Schweiz (VGT) ./. Schweiz

    Il découle notamment de ce qui précède que l'Etat défendeur, reconnu responsable d'une violation de la Convention ou de ses Protocoles, est appelé non seulement à verser aux intéressés les sommes allouées à titre de satisfaction équitable, mais aussi à choisir, sous le contrôle du Comité des Ministres, les mesures générales et/ou, le cas échéant, individuelles à adopter dans son ordre juridique interne, afin de mettre un terme à la violation constatée par la Cour et d'en effacer autant que possible les conséquences (Broniowski c. Pologne [GC], no 31443/96, § 192, CEDH 2004-V, Pisano c. Italie (radiation) [GC], no 36732/97, § 43, 24 octobre 2002, Scozzari et Giunta c. Italie [GC], nos 39221/98 et 41963/98, § 249, CEDH 2000-VIII, et Sejdovic c. Italie [GC], no 56581/00, § 119, CEDH 2006-...), l'objectif étant de placer le requérant, le plus possible, dans une situation équivalente à celle dans laquelle il se trouvait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de la Convention (Giuseppina et Orestina Procaccini c. Italie [GC], no 65075/01, § 123, 29 mars 2006, Sejdovic, précité, § 127, Assanidzé c. Georgie [GC], no 71503/01, § 198, CEDH 2004-II, Ilascu et autres c. Moldova et Russie [GC], no 48787/99, § 487, CEDH 2004-VII, et Piersack c. Belgique (ancien article 50), arrêt du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12).
  • EGMR, 01.03.2006 - 56581/00

    SEJDOVIC c. ITALIE

    L'Etat défendeur demeure libre de choisir les moyens de s'acquitter de son obligation de placer le requérant, le plus possible, dans une situation équivalant à celle dans laquelle il se trouverait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de la Convention (Piersack c. Belgique (article 50), 26 octobre 1984, § 12, série A no 85), pour autant que ces moyens soient compatibles avec les conclusions contenues dans l'arrêt de la Cour et avec les droits de la défense (Lyons et autres c. Royaume-Uni (déc.), no 15227/03, CEDH 2003-IX).
  • EGMR, 14.09.1987 - 9186/80

    DE CUBBER v. BELGIUM (ARTICLE 50)

    Se référant au libellé de l'article 50 (art. 50) et à la jurisprudence y relative, il lui demandait - "sans préjudice du pouvoir d'appréciation de la Cour" - si, de l'avis des autorités belges, la législation de l'État défendeur fournissait "un moyen d'effacer pleinement les conséquences du manquement constaté en l'espèce" (voir, mutatis mutandis, l'arrêt Piersack du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 13, § 5).

    La Cour relève d'abord que les conditions d'application de l'article 50 (art. 50) se trouvent réunies: la procédure qui s'est déroulée en Belgique après son arrêt (paragraphe 7 ci-dessus) n'a pas redressé la violation constatée à Strasbourg le 26 octobre 1984; elle n'a pas conduit à un résultat aussi proche d'une restitutio in integrum que la nature des choses s'y prêtait (voir, a contrario, l'arrêt Piersack du 26 octobre 1984, série A no 85, pp. 15-16, § 11).

  • EGMR, 28.05.2002 - 35605/97

    KINGSLEY v. THE UNITED KINGDOM (GC)

    La Cour rappelle que le principe sous-tendant l'octroi d'une satisfaction équitable en cas de violation de l'article 6 est bien établi: il faut placer le requérant, le plus possible, dans une situation équivalant à celle où il se trouverait si la procédure avait été conforme aux exigences de la Convention (arrêt Piersack c. Belgique (article 50) du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12).

    Partant du principe, comme la Cour le rappelle constamment, que la Convention est un instrument vivant qui doit être interprété à la lumière des conditions actuelles, que sa raison d'être n'est pas de garantir des droits théoriques ou illusoires, mais des droits réels et effectifs, et faisant suite à « (...) l'idée qu'il faut placer le requérant, le plus possible, dans une situation équivalant à celle où il se trouverait s'il n'y avait pas eu de manquement aux exigences (...) » de la Convention (arrêt Piersack c. Belgique (article 50) du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12), la lecture de l'article 41 de la Convention qui - de mon point de vue - s'impose m'amène à soutenir qu'en règle générale le seul constat de violation ne peut pas constituer en soi une satisfaction équitable suffisante.

  • EGMR, 28.06.1993 - 12489/86

    WINDISCH c. AUTRICHE (ARTICLE 50)

    La procédure suivie ultérieurement en Autriche (paragraphes 4-6 ci-dessus) a redressé la violation que la Cour avait relevée le 27 septembre 1990 (voir, mutatis mutandis, l'arrêt Piersack c. Belgique du 26 octobre 1984, série A no 85, pp. 15-16, par. 11).

    Au sujet de la demande pour dommage matériel, la Cour souscrit à la thèse du Gouvernement: l'issue de la nouvelle procédure et l'imputation sur la peine de l'emprisonnement déjà subi par l'intéressé ont conduit à un résultat aussi proche d'une restitutio in integrum que la nature des choses s'y prêtait (arrêt Piersack précité, série A no 85, pp. 15-16, par. 11).

  • EGMR, 22.07.2008 - 38323/04

    KACAR ET AUTRES c. TURQUIE

    Par ailleurs, lorsque la Cour conclut qu'il y a eu violation de l'article 6 de la Convention, elle estime qu'en principe le redressement le plus approprié serait de placer le requérant, le plus possible, dans une situation équivalant à celle où il se trouverait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de cette disposition (voir Basoukou c. Grèce, no 3028/03, § 26, 21 avril 2005 ; Ahmet Kılıç c. Turquie, no 38473/02, § 39, 25 juillet 2006 ; Sipchenko c. Russie, no 38368/04, § 51, 1er mars 2007 ; mutatis mutandis, Piersack c. Belgique (article 50), arrêt du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12 ; Gençel c. Turquie, no 53431/99, § 27, 23 octobre 2003).
  • EGMR, 27.04.2006 - 30961/03

    SANNINO v. ITALY

    L'Etat défendeur demeure libre, sous le contrôle du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe, de choisir les moyens de s'acquitter de son obligation de placer le requérant, le plus possible, dans une situation équivalant à celle dans laquelle il se trouverait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de la Convention (Piersack c. Belgique (article 50), 26 octobre 1984, § 12, série A no 85), pour autant que ces moyens soient compatibles avec les conclusions contenues dans l'arrêt de la Cour et avec les droits de la défense (Lyons et autres c. Royaume-Uni (déc.), no 15227/03, CEDH 2003-IX).
  • EGMR, 10.11.2004 - 56581/00

    SEJDOVIC v. ITALY

    La Cour rappelle sa jurisprudence bien établie selon laquelle, en cas de violation de l'article 6 § 1 de la Convention, il faut placer le requérant le plus possible dans une situation équivalant à celle dans laquelle il se trouverait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de cette disposition (Piersack c. Belgique (article 50), arrêt du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12).
  • EGMR, 01.07.2008 - 42250/02

    CALMANOVICI c. ROUMANIE

    L'Etat défendeur demeure libre, sous le contrôle du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe, de choisir les moyens de s'acquitter de son obligation de placer le requérant, dans toute la mesure du possible, dans une situation équivalant à celle dans laquelle il se trouverait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de la Convention (Piersack c. Belgique (ancien article 50), arrêt du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12), pour autant que ces moyens soient compatibles avec les conclusions contenues dans l'arrêt de la Cour et avec les droits de la défense (Lyons et autres c. Royaume-Uni (déc.), no 15227/03, CEDH 2003-IX).
  • EGMR, 26.01.2006 - 62710/00

    LUNGOCI c. ROUMANIE

    La Cour rappelle également sa jurisprudence bien établie selon laquelle en cas de violation de l'article 6 de la Convention il faut placer la requérante, le plus possible, dans une situation équivalant à celle dans laquelle elle se trouverait s'il n'y avait pas eu manquement aux exigences de cette disposition (Piersack c. Belgique (article 50), arrêt du 26 octobre 1984, série A no 85, p. 16, § 12).
  • EGMR, 08.01.2013 - 37576/05

    S.C. RAISA M. SHIPPING S.R.L. c. ROUMANIE

  • EGMR, 24.07.2012 - 29476/06

    D.M.T. ET D.K.I. c. BULGARIE

  • EGMR, 25.07.2002 - 45238/99

    PEROTE PELLON c. ESPAGNE

  • EGMR, 23.04.2013 - 13885/05

    SÜZER c. TURQUIE

  • EGMR, 24.01.2012 - 22926/04

    IORDAN PETROV c. BULGARIE

  • EGMR, 08.04.2008 - 12146/02

    AKINCI c. TURQUIE

  • EGMR, 02.07.2009 - 23530/02

    IORDAN IORDANOV ET AUTRES c. BULGARIE

  • EGMR, 08.04.2008 - 10985/02

    YERLIKAYA c. TURQUIE

  • EGMR, 08.02.2007 - 25701/03

    KOLLCAKU c. ITALIE

  • EGMR, 23.05.2006 - 24379/02

    KOUNOV c. BULGARIE

  • EGMR, 09.06.2005 - 42191/02

    R.R. c. ITALIE

  • EGMR, 03.12.2009 - 333/04

    ALIYKOV c. BULGARIE

  • EGMR, 21.02.2008 - 29419/02

    SC MAROLUX SRL ET JACOBS c. ROUMANIE

  • EGMR, 22.11.2007 - 20366/04

    SFRIJAN c. ROUMANIE

  • EGMR, 28.09.2006 - 5941/04

    HU c. ITALIE

  • EGMR, 02.06.2005 - 46825/99

    CLAES ET AUTRES c. BELGIQUE

  • EGMR, 20.12.2007 - 10443/03

    IOSIF ET AUTRES c. ROUMANIE

  • EGMR, 22.12.2005 - 32259/02

    IERA MONI PROFITOU ILIOU THIRAS c. GRECE

  • EGMR, 22.04.2004 - 55634/00

    CIANETTI c. ITALIE

  • EGMR, 06.11.2012 - 7088/03

    MIU c. ROUMANIE

  • EGMR, 21.04.2005 - 3028/03

    BASOUKOU c. GRECE

  • EGMR, 24.09.2013 - 2611/09

    DIL c. TURQUIE

  • EGMR, 03.07.2012 - 13577/05

    RADEVA c. BULGARIE

  • EGMR, 25.03.2010 - 37193/07

    PARASKEVA TODOROVA c. BULGARIE

  • EGMR, 13.05.2008 - 15872/03

    SC EDITURA ORIZONTURI SRL c. ROUMANIE

  • EGMR, 16.10.2007 - 64215/01

    DE TRANA c. ITALIE

  • EGMR, 21.12.2006 - 14405/05

    ZUNIC c. ITALIE

  • EGMR, 15.06.2006 - 5050/02

    PANTEA c. ROUMANIE

  • EGMR, 05.05.2009 - 32297/04

    BINDEA c. ROUMANIE

  • EGMR, 13.01.2009 - 11098/04

    YAVUZ SARIKAYA c. TURQUIE

  • EGMR, 14.12.2006 - 24691/04

    AY ALI c. ITALIE

  • EGMR, 19.07.2011 - 27949/04

    LECA ET FILIPESCU c. ROUMANIE

  • EGMR, 20.05.2010 - 14295/05

    NURTEN YAVUZ c. TURQUIE

  • EGMR, 27.01.2009 - 2367/04

    DANIEL ET NICULINA GEORGESCU c. ROUMANIE

Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Neu: Die Merklistenfunktion erreichen Sie nun über das Lesezeichen oben.

Rechtsprechung
   EKMR, 15.07.1980 - 8692/79   

Sie müssen eingeloggt sein, um diese Funktion zu nutzen.

Sie haben noch kein Nutzerkonto? In weniger als einer Minute ist es eingerichtet und Sie können sofort diese und weitere kostenlose Zusatzfunktionen nutzen.

| | Was ist die Merkfunktion?
Ablegen in
Benachrichtigen, wenn:




 
Alle auswählen
 

Zitiervorschläge

https://dejure.org/1980,7552
EKMR, 15.07.1980 - 8692/79 (https://dejure.org/1980,7552)
EKMR, Entscheidung vom 15.07.1980 - 8692/79 (https://dejure.org/1980,7552)
EKMR, Entscheidung vom 15. Juli 1980 - 8692/79 (https://dejure.org/1980,7552)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/1980,7552) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichungen (2)

Verfahrensgang

Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Neu: Die Merklistenfunktion erreichen Sie nun über das Lesezeichen oben.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht