Rechtsprechung
   EuG, 29.02.2012 - T-525/10   

Zitiervorschläge
https://dejure.org/2012,6695
EuG, 29.02.2012 - T-525/10 (https://dejure.org/2012,6695)
EuG, Entscheidung vom 29.02.2012 - T-525/10 (https://dejure.org/2012,6695)
EuG, Entscheidung vom 29. Februar 2012 - T-525/10 (https://dejure.org/2012,6695)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/2012,6695) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichungen (2)

  • Europäischer Gerichtshof

    Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio / OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO)

  • EU-Kommission

    Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio gegen Harmonisierungsamt für den Binnenmarkt (Marken,

    Gemeinschaftsmarke - Widerspruchsverfahren - Anmeldung der Gemeinschaftswortmarke SERVO SUO - Ältere Gemeinschaftswortmarke SERVUS - Relatives Eintragungshindernis - Verwechslungsgefahr - Art. 8 Abs. 1 Buchst. b der Verordnung [EG] Nr. 207/2009.

Sonstiges (3)

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensmitteilung)

    Klage, eingereicht am 5. November 2010 - Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/HABM - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO)

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensmitteilung)

    Klage

  • Europäischer Gerichtshof (Verfahrensdokumentation)

    Gemeinschaftsmarke - Klage der Anmelderin der Wortmarke "SERVO SUO" für Waren der Klasse 33 auf Aufhebung der Entscheidung der Zweiten Beschwerdekammer des Harmonisierungsamts für den Binnenmarkt (HABM) vom 16. August 2010, R 1571/2009"2, mit der die Beschwerde gegen die ...

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (5)

  • EuG, 19.09.2019 - T-678/18

    Società agricola Giusti Dal Col/ EUIPO - DMC (GIUSTI WINE)

    Par ailleurs, force est de constater, à l'instar de la chambre de recours, que les produits en cause sont identiques et que, conformément à une jurisprudence constante, lesdits produits étant des vins, qui sont des produits de consommation courante, le public pertinent est le grand public qui manifestera un degré d'attention moyen à l'occasion de leur acquisition [voir arrêts du 13 avril 2011, Sociedad Agricola Requingua/OHMI - Consejo Regulador de la Denominación de Origen Toro (TORO DE PIEDRA), T-358/09, non publié, EU:T:2011:174, point 29 ; du 29 février 2012, Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO), T-525/10, non publié, EU:T:2012:96, point 22, et du 16 février 2017, DMC/EUIPO - Etike" International (De Giusti ORGOGLIO), T-18/16, non publié, EU:T:2017:85, points 24 et 25].

    Dès lors, les consommateurs peuvent être amenés à commander oralement les produits concernés, dans un environnement bruyant, tel qu'un bar, et sans avoir préalablement examiné visuellement les produits et les marques qui y sont associées [voir, en ce sens, arrêt du 11 septembre 2014, Aroa Bodegas/OHMI - Bodegas Muga (aroa), T-536/12, non publié, EU:T:2014:770, point 55], en sorte qu'il y a lieu d'attacher une importance particulière à l'aspect phonétique [arrêts du 29 février 2012, Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO), T-525/10, non publié, EU:T:2012:96, point 67, et du 2 février 2016, Antica Azienda Agricola Vitivinicola Dei Conti Leone De Castris/OHMI - Vicente Gandía Pla (ILLIRIA), T-541/14, non publié, EU:T:2016:51, point 48].

  • EuG, 02.02.2016 - T-541/14

    Antica Azienda Agricola Vitivinicola Dei Conti Leone De Castris / OHMI - Vicente

    En premier lieu, il convient d'entériner la constatation de la chambre de recours, qui n'a, au demeurant, pas été contestée par la requérante, qui ressort des points 9 et 10 de la décision attaquée, selon laquelle, d'une part, le territoire à prendre en considération est l'Union, étant donné que la marque antérieure est une marque communautaire, et, d'autre part, le public pertinent au regard duquel le risque de confusion doit être examiné est, en raison de la nature des produits en cause, le consommateur moyen des produits de grande consommation, qui est censé être normalement informé et raisonnablement attentif et avisé [voir également, en ce sens, arrêt du 29 février 2012, Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO), T-525/10, EU:T:2012:96, point 21 et jurisprudence citée].

    Ainsi, eu égard au fait, premièrement, que les produits sont identiques, deuxièmement, qu'il est de jurisprudence constante que, pour les vins, il y a lieu d'attacher une importance particulière à l'aspect phonétique (voir arrêt SERVO SUO, point 23 supra, EU:T:2012:96, point 67 et jurisprudence citée), troisièmement, que l'élément «castillo de» figurant dans la marque antérieure est un élément générique et que l'élément figuratif de la marque demandée est peu distinctif et, quatrièmement, qu'il existe une similitude entre les signes «liria» et «illiria», c'est sans commettre d'erreur que la chambre de recours a conclu à l'existence d'un risque de confusion entre les signes en conflit.

  • EuG, 20.04.2018 - T-15/17

    Mitrakos / EUIPO - Belasco Baquedano (YAMAS)

    Or, lorsque les produits sont commandés oralement, la similitude phonétique entre les signes en cause revêt une importance particulière [voir, en ce sens, arrêts du 29 février 2012, Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO), T-525/10, non publié, EU:T:2012:96, point 21, et du 2 février 2016, Antica Azienda Agricola Vitivinicola Dei Conti Leone De Castris/OHMI - Vicente Gandía Pla (ILLIRIA), T-541/14, non publié, EU:T:2016:51, point 48].
  • EuG, 23.10.2017 - T-441/16

    Tetra Pharm (1997) / EUIPO - Sebapharma (SeboCalm) - Unionsmarke -

    Ainsi, l'appréciation de la similitude visuelle des signes en conflit doit tenir compte, notamment s'agissant de marques verbales, de leur longueur, des lettres dont elles sont formées ainsi que de l'ordre de ces lettres [voir arrêt du 29 février 2012, Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO), T-525/10, non publié, EU:T:2012:96, point 41 et jurisprudence citée].
  • EuG, 22.10.2015 - T-309/13

    Enosi Mastichoparagogon / OHMI - Gaba International (ELMA)

    En particulier, l'appréciation de la similitude visuelle peut tenir compte, notamment, s'agissant de marques verbales, de leur longueur, des lettres dont elles sont formées ainsi que de l'ordre de ces lettres [arrêt du 29 février 2012, Azienda Agricola Colsaliz di Faganello Antonio/OHMI - Weinkellerei Lenz Moser (SERVO SUO), T-525/10, EU:T:2012:96].
Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht