Rechtsprechung
   EuG, 12.12.2018 - T-691/14   

Zitiervorschläge
https://dejure.org/2018,41260
EuG, 12.12.2018 - T-691/14 (https://dejure.org/2018,41260)
EuG, Entscheidung vom 12.12.2018 - T-691/14 (https://dejure.org/2018,41260)
EuG, Entscheidung vom 12. Dezember 2018 - T-691/14 (https://dejure.org/2018,41260)
Tipp: Um den Kurzlink (hier: https://dejure.org/2018,41260) schnell in die Zwischenablage zu kopieren, können Sie die Tastenkombination Alt + R verwenden - auch ohne diesen Bereich zu öffnen.

Volltextveröffentlichung

  • Europäischer Gerichtshof

    Servier u.a. / Kommission

    Wettbewerb - Kartelle - Missbrauch einer beherrschenden Stellung - Markt für das Herz-Kreislauf-Medikament Perindopril (Originalpräparat und Generika) - Beschluss, mit dem eine Zuwiderhandlung gegen die Art. 101 und 102 AEUV festgestellt wird - Grundsatz der Unparteilichkeit - ...

Kurzfassungen/Presse (3)

  • Europäischer Gerichtshof (Tenor)

    Servier u.a. / Kommission

    (fremdsprachig)

  • Europäischer Gerichtshof (Tenor)

    Servier u.a. / Kommission

    Wettbewerb - Kartelle - Missbrauch einer beherrschenden Stellung - Markt für das Herz-Kreislauf-Medikament Perindopril (Originalpräparat und Generika) - Beschluss, mit dem eine Zuwiderhandlung gegen die Art. 101 und 102 AEUV festgestellt wird - Grundsatz der Unparteilichkeit - ...

  • Europäischer Gerichtshof (Kurzinformation)

    Servier u.a. / Kommission

Sonstiges (2)

Verfahrensgang

 
Sortierung



Kontextvorschau





Hinweis: Klicken Sie auf das Sprechblasensymbol, um eine Kontextvorschau im Fließtext zu sehen. Um alle zu sehen, genügt ein Doppelklick.

Wird zitiert von ... (26)

  • EuG, 10.11.2021 - T-612/17

    Klage von Google gegen Milliardenstrafe wegen Missbrauch von Marktmacht

    Il s'ensuit que, en application de la jurisprudence citée au point 133 ci-dessus, il appartient à l'auteur de cette différence de traitement de la justifier au regard du droit de la concurrence (voir, en ce sens, arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission, T-691/14, sous pourvoi, EU:T:2018:922, point 1377 et jurisprudence citée).

    Dès lors, si la Commission a pu commenter la stratégie commerciale poursuivie par Google dans le cadre du lancement des Product Universals et, évoquer, à cet égard, des facteurs de nature subjective, comme le souci de corriger de mauvaises performances de Froogle, les arguments tirés d'une dénaturation des éléments factuels concernant les raisons de la mise en place des Product Universals par Google, dès lors qu'ils visent des motifs qui ne sont pas utilisés par la Commission en tant qu'éléments constitutifs de l'infraction (ces derniers éléments sont résumés au point 260 ci-dessus), doivent être écartés comme étant inopérants dans le cadre de l'analyse de l'établissement de l'infraction (voir, en ce sens, arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission, T-691/14, sous pourvoi, EU:T:2018:922, point 188 et jurisprudence citée).

    Google et CCIA soulignent que, dans l'arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, sous pourvoi, EU:T:2018:922, points 1122 à 1128), le Tribunal a jugé que, lorsque le comportement incriminé avait déjà été mis en ?'uvre, la Commission ne pouvait, sauf en cas de restriction de concurrence par objet, se contenter de démontrer des effets anticoncurrentiels potentiels, mais qu'elle devait démontrer des effets anticoncurrentiels réels, sinon la distinction entre les restrictions de concurrence par objet et les restrictions de concurrence par effet serait illusoire.

    À cet égard, il peut être relevé que le facteur relatif à la « mise en ?'uvre ou non de l'infraction ", mentionné au point 22 des lignes directrices, concerne le comportement des participants à l'infraction et non les effets de celui-ci sur le marché (arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission, T-691/14, sous pourvoi, EU:T:2018:922, point 1805).

    Il se déduit de l'infraction visée à titre principal au point 25 des lignes directrices, à savoir la participation à des accords horizontaux de fixation de prix, de répartition de marché et de limitation de la production, que le montant additionnel est justifié pour les infractions particulièrement graves (voir, en ce sens, arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission, T-691/14, sous pourvoi, EU:T:2018:922, point 1883).

  • EuG, 02.02.2022 - T-799/17

    Das Gericht weist die Klage von Scania ab und bestätigt die von der Kommission

    Das für Wettbewerbsfragen zuständige Kommissionsmitglied hat sich damit in dieser Mitteilung darauf beschränkt, die Öffentlichkeit mit der zur Wahrung der Unschuldsvermutung gebotenen Diskretion und Zurückhaltung, was die Verantwortlichkeit von Scania für die in Rede stehende Zuwiderhandlung betrifft, über den Erlass des Vergleichsbeschlusses zu unterrichten, und hat daher seine Pflicht zur Unparteilichkeit nicht verletzt (vgl. in diesem Sinne und entsprechend Urteil vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission, T-691/14, Rechtsmittel anhängig, EU:T:2018:922, Rn. 132 und 134).

    Dieses Vorbringen der Klägerinnen zeigt jedoch höchstens, dass die Kommission den von Scania vorgeschlagenen Schlussfolgerungen oder Auslegungen des Sachverhalts nicht gefolgt ist, insbesondere, indem sie die Ansicht vertreten hat, dass sie unglaubhaft seien (vgl. insbesondere 301. Erwägungsgrund des angefochtenen Beschlusses), und fällt mit der Frage zusammen, ob die im angefochtenen Beschluss getroffenen Tatsachenfeststellungen durch die von der Kommission vorgelegten Beweise gebührend untermauert sind und ob sie bei ihrer Analyse Rechtsfehler begangen hat, was zur Prüfung der Stichhaltigkeit dieser Analyse gehört (vgl. in diesem Sinne Urteil vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission, T-691/14, Rechtsmittel anhängig, EU:T:2018:922, Rn. 137 und die dort angeführte Rechtsprechung).

  • Generalanwalt beim EuGH, 22.01.2020 - C-307/18

    Generalanwältin Kokott schlägt dem Gerichtshof vor, zu entscheiden, dass ein

    4 Vgl. Beschluss C (2014) 4955 final der Kommission vom 9. Juli 2014 in einem Verfahren zur Anwendung der Artikel 101 und 102 AEUV (Sache AT.39612 - Perindopril [Servier]); dieser Beschluss war Gegenstand der Urteile des Gerichts vom 12. Dezember 2018, zurzeit mit Rechtsmittel angefochten, in den Rechtssachen Biogaran/Kommission (T-677/14, EU:T:2018:910; Rechtssache C-207/19 P, derzeit anhängig), Teva UK u. a./Kommission (T-679/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2018:919; Rechtssache C-198/19 P, derzeit anhängig), Lupin/Kommission (T-680/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2018:908; Rechtssache C-144/19 P, derzeit anhängig), Mylan Laboratories und Mylan/Kommission (T-682/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2018:907; Rechtssache C-197/19 P, derzeit anhängig), Krka/Kommission (T-684/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2018:918; Rechtssache C-151/19 P, derzeit anhängig), Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922; Rechtssachen C-176/19 P und C-201/19 P, derzeit anhängig), Niche Generics/Kommission (T-701/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2018:921; Rechtssache C-164/19 P, derzeit anhängig) und Unichem Laboratories/Kommission (T-705/14, nicht veröffentlicht, EU:T:2018:915; Rechtssache C-166/19 P, derzeit anhängig).

    33 Urteil des Gerichts vom 14. April 2011, Visa Europe und Visa International Service/Kommission (T-461/07, EU:T:2011:181, Rn. 169); vgl. auch Urteile des Gerichts vom 8. September 2016, Lundbeck/Kommission (T-472/13, EU:T:2016:449, Rn. 144), und vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 342 ff.).

    39 Urteile des Gerichts vom 8. September 2016, Lundbeck/Kommission (T-472/13, EU:T:2016:449, Rn. 121), und vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 359).

    55 Vgl. in diesem Sinne auch Urteil des Gerichts vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 244).

    56 Vgl. in diesem Sinne auch Urteil des Gerichts vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 244).

    63 Vgl. Urteile des Gerichts vom 14. April 2011, Visa Europe und Visa International Service/Kommission (T-461/07, EU:T:2011:181, Rn. 171 und 189), und vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 386); vgl. auch Fn. 9 der Leitlinien der Kommission zur Anwendbarkeit von Artikel 81 EG-Vertrag auf Vereinbarungen über horizontale Zusammenarbeit (ABl. 2001, C 3, S. 2), Rn. 10 und Fn. 6 der Leitlinien der Kommission zur Anwendbarkeit von Art. 101 AEUV auf Vereinbarungen über horizontale Zusammenarbeit (ABl. 2011, C 11, S. 1) sowie Rn. 34 der Leitlinien der Kommission zur Anwendbarkeit von Art. 101 AEUV auf Technologietransfer-Vereinbarungen (ABl. 2014, C 89, S. 3).

    86 Urteil des Gerichts vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 241).

    89 Vgl. zwölfter Erwägungsgrund der Richtlinie 2004/48; vgl. dazu auch Urteil des Gerichts vom 12. Dezember 2018, Servier u. a./Kommission (T-691/14, EU:T:2018:922, Rn. 240).

  • EuG, 12.12.2018 - T-701/14

    Niche Generics / Kommission - Wettbewerb - Kartelle - Markt für das

    Ainsi que l'ont pertinemment souligné les parties, lorsqu'un marché est caractérisé par des obstacles à l'entrée, l'examen de leur caractère insurmontable vient utilement compléter celui des possibilités réelles et concrètes d'entrer de la société en cause, fondé sur la capacité et l'intention d'entrer de ladite société (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 321).

    Il ressort en effet de la jurisprudence relative à l'analyse des possibilités réelles et concrètes d'entrer sur un marché que, si l'intention d'une entreprise d'intégrer ce marché est éventuellement pertinente aux fins de vérifier si elle peut être considérée comme un concurrent potentiel sur ledit marché, l'élément essentiel sur lequel doit reposer une telle qualification est cependant constitué par sa capacité à intégrer ledit marché (arrêts du 14 avril 2011, Visa Europe et Visa International Service/Commission, T-461/07, EU:T:2011:181, point 168 ; du 29 juin 2012, E.ON Ruhrgas et E.ON/Commission, T-360/09, EU:T:2012:332, point 87, et de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 318).

    Il s'ensuit que, contrairement à ce que soutient la requérante, si certes l'intention d'entrer sur un marché n'est ni nécessaire à la reconnaissance de l'existence d'une concurrence potentielle sur ledit marché, ni susceptible de la remettre en cause, elle n'en est pas moins, lorsqu'elle est établie, de nature à conforter la capacité d'entrer et ainsi à contribuer à la qualification d'un opérateur donné de concurrent potentiel (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 382).

    Il convient, dès lors, de déterminer si les allégations de la requérante relatives aux obstacles liés aux brevets de Servier ainsi qu'aux difficultés techniques, réglementaires, financières et commerciales sont susceptibles de remettre en cause sa capacité et son intention d'entrer sur le marché, telles que déduites des éléments susvisés, et ainsi ses possibilités réelles et concrètes de concurrencer Servier (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, points 386 et 441).

    Elles devront ainsi être confrontées à des éléments permettant d'évaluer la capacité d'entrer sur un marché ainsi que, le cas échéant, à d'autres éléments pouvant tout autant attester des intentions d'une société quant à son entrée sur un marché, aux fins de déterminer s'il peut en être déduit l'existence de possibilités réelles et concrètes de surmonter les obstacles liés aux brevets (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 384).

    Or, de tels retards n'attestent, en tant que tels, ni d'une impossibilité de concevoir et de produire le périndopril générique, ni même d'une absence d'entrée sur le marché suffisamment rapide, dès lors qu'ils interviennent à un stade avancé de la collaboration entre Niche et Matrix, qui a commencé en mars 2001, et qu'ils affectent ainsi en l'espèce leurs derniers efforts avant la finalisation des démarches réglementaires précédant l'entrée sur le marché (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 459).

    En outre, dans la mesure où la procédure d'AMM précède généralement l'entrée sur le marché et où l'obtention d'une AMM permet en principe l'entrée immédiate sur le marché et ainsi l'exercice d'une concurrence effective, l'exigence d'une obtention rapide de l'AMM ou d'absence de retard dans cette obtention reviendrait à nier la différence entre concurrence réelle et concurrence potentielle (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 478 et jurisprudence citée).

    L'intérêt invoqué par la requérante d'être la première à entrer sur le marché n'est, dès lors, pas pertinent pour apprécier les retards allégués et, a fortiori, en déduire que l'octroi de l'AMM se heurtait à des problèmes objectivement insurmontables (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 340 et jurisprudence citée).

    Il ne saurait partant permettre d'exclure la qualité de concurrent potentiel de Niche qui s'apprécie au moment de la conclusion de l'Accord (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 385 et jurisprudence citée).

  • EuG, 12.12.2018 - T-705/14

    Unichem Laboratories / Kommission - Wettbewerb - Kartelle - Markt für das

    Ainsi que l'ont pertinemment souligné les parties, lorsqu'un marché est caractérisé par des obstacles à l'entrée, l'examen de leur caractère insurmontable vient utilement compléter celui des possibilités réelles et concrètes d'entrer de la société en cause, fondé sur la capacité et l'intention d'entrer de ladite société (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 321).

    Il ressort en effet de la jurisprudence relative à l'analyse des possibilités réelles et concrètes d'entrer sur un marché que, si l'intention d'une entreprise d'intégrer un marché est éventuellement pertinente aux fins de vérifier si elle peut être considérée comme un concurrent potentiel sur ledit marché, l'élément essentiel sur lequel doit reposer une telle qualification est cependant constitué par sa capacité à intégrer ledit marché (arrêts du 14 avril 2011, Visa Europe et Visa International Service/Commission, T-461/07, EU:T:2011:181, point 168 ; du 29 juin 2012, E.ON Ruhrgas et E.ON/Commission, T-360/09, EU:T:2012:332, point 87, et de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 318).

    Il s'ensuit que, contrairement à ce que soutient la requérante, si certes l'intention d'entrer sur un marché n'est ni nécessaire à la reconnaissance de l'existence d'une concurrence potentielle sur ledit marché, ni susceptible de la remettre en cause, elle n'en est pas moins, lorsqu'elle est établie, de nature à conforter la capacité d'entrer et ainsi à contribuer à la qualification d'un opérateur donné de concurrent potentiel (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 382).

    Il convient, dès lors, de déterminer si les allégations de la requérante relatives aux obstacles liés aux brevets de Servier ainsi qu'aux difficultés techniques, réglementaires, financières et commerciales de Niche sont susceptibles de remettre en cause la capacité et l'intention de cette dernière d'entrer sur le marché, telles que déduites des éléments susvisés, et ainsi ses possibilités réelles et concrètes de concurrencer Servier (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, points 386 et 441).

    Elles devront ainsi être confrontées à des éléments permettant d'évaluer la capacité d'entrer sur un marché ainsi que, le cas échéant, à d'autres éléments pouvant tout autant attester des intentions d'une société quant à son entrée sur un marché, aux fins de déterminer s'il peut en être déduit l'existence de possibilités réelles et concrètes de surmonter les obstacles liés aux brevets (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 384).

    Or, de tels retards n'attestent, en tant que tels, ni d'une impossibilité de concevoir et de produire le périndopril générique, ni même d'une absence d'entrée sur le marché suffisamment rapide, dès lors qu'ils interviennent à un stade avancé de la collaboration entre Niche et Matrix, qui a commencé en mars 2001, et qu'ils affectent ainsi en l'espèce leurs derniers efforts avant la finalisation des démarches réglementaires précédant l'entrée sur le marché (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 459).

    En outre, dans la mesure où la procédure d'AMM précède généralement l'entrée sur le marché et où l'obtention d'une AMM permet en principe l'entrée immédiate sur le marché et ainsi l'exercice d'une concurrence effective, l'exigence d'une obtention rapide de l'AMM ou d'absence de retard dans cette obtention reviendrait à nier la différence entre concurrence réelle et concurrence potentielle (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 478 et jurisprudence citée).

    L'intérêt de Niche d'être la première à entrer sur le marché n'est, dès lors, pas pertinent pour apprécier les retards allégués et, a fortiori, en déduire que l'octroi de l'AMM se heurtait à des problèmes objectivement insurmontables (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 340 et jurisprudence citée).

    Il ne saurait partant permettre d'exclure la qualité de concurrent potentiel de Niche qui s'apprécie au moment de la conclusion de l'Accord (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 385 et jurisprudence citée).

  • EuG, 12.12.2018 - T-677/14

    Das Gericht erklärt den Beschluss der Europäischen Kommission, mit dem Kartelle

    Im vorliegenden Fall wird in der Klageschrift allgemein auf die Klagegründe und das Vorbringen, auf das die Klage in der Rechtssache gestützt wird, in der heute das Urteil Servier u. a./Kommission (T-691/14) ergeht, Bezug genommen, ohne dass dies in irgendeiner Weise spezifiziert oder erläutert würde.

    Mit seinem heutigen Urteil Servier u. a./Kommission (T-691/14) hat das Gericht die Klage, soweit sie den Vergleich Servier/Niche betraf, nämlich zurückgewiesen.

    Mit den heutigen Urteilen Servier u. a./Kommission (T-691/14) und Generics/Kommission (T-701/14) hat das Gericht entschieden, dass diese beiden Voraussetzungen erfüllt sind, insbesondere, dass die Kommission zu Recht angenommen hat, dass Niche mit den 11, 8 Mio. GBP, die Servier nach dem Vergleich Servier/Niche an das Unternehmen gezahlt hat, dazu bestimmt werden sollte, nicht in den Markt einzutreten, und dass es sich bei dem Vergleich um eine bezweckte Wettbewerbsbeschränkung gehandelt hat.

    Die Aufnahme solcher Klauseln in den Vergleich beruhte nicht auf der Anerkennung der Gültigkeit des Patents durch die Parteien und ließ eine anormale Verwendung des Patents ohne Bezug zu dessen spezifischen Zweck erkennen (Urteil von heute, Servier u. a./Kommission, T-691/14).

    Servier und Biogaran haben mit den Vereinbarungen, um die es hier geht, in Wirklichkeit beschlossen, Vereinbarungen über den Ausschluss eines Wettbewerbers vom Markt zu schließen (heutiges Urteil, Servier u. a./Kommission, T-691/14).

    Während beim Servier-Konzern bei der Festsetzung der Geldbuße die vom Konzern erzielten Umsätze zugrunde gelegt wurden, konnte die Geldbuße bei den Generikaherstellern, da sie zur Zeit der Begehung der ihnen zur Last gelegten Verhaltensweisen nicht auf dem betreffenden Markt aktiv waren, nicht auf dieser Grundlage festgesetzt werden (heutiges Urteil, Servier u. a./Kommission, T-691/14).

  • EuG, 12.12.2018 - T-679/14

    Teva UK u.a. / Kommission - Wettbewerb - Kartelle - Markt für das

    S'agissant enfin du renvoi effectué par les requérantes, lors de l'audience, aux arguments invoqués dans l'affaire T-691/14, Servier e.a./Commission, par des parties requérantes distinctes au soutien de leur moyen tiré de la méconnaissance de l'obligation de consultation du comité consultatif, il y a lieu d'écarter les arguments en cause comme irrecevables.

    Il en découle nécessairement que, si l'intention d'une entreprise d'intégrer un marché est éventuellement pertinente aux fins de vérifier si elle peut être considérée comme un concurrent potentiel sur ledit marché, l'élément essentiel sur lequel doit reposer une telle qualification est cependant constitué par sa capacité à intégrer ledit marché (arrêts du 14 avril 2011, Visa Europe et Visa International Service/Commission, T-461/07, EU:T:2011:181, point 168 ; du 29 juin 2012, E.ON Ruhrgas et E.ON/Commission, T-360/09, EU:T:2012:332, point 87, et de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 318 à 321).

    Il convient, dès lors, de déterminer si les allégations des requérantes relatives aux obstacles liés aux brevets de Servier ainsi qu'aux risques de contrefaçon et d'injonction provisoire auxquels elles auraient été exposées, à leurs difficultés d'obtention de l'AMM et aux défauts de leur produit sont susceptibles de remettre en cause leur capacité et leur intention d'entrer sur le marché, telles que déduites des éléments susmentionnés, et ainsi leurs possibilités réelles et concrètes de concurrencer Servier (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, points 386 et 588).

    En effet, d'une part, une injonction provisoire, outre qu'elle ne constitue pas un obstacle insurmontable à une entrée sur le marché (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, points 366 et 367), implique, de par sa nature même, la poursuite du contentieux, dès lors qu'elle ne constitue qu'une étape procédurale intermédiaire permettant à titre provisoire de préserver les intérêts du titulaire du brevet jusqu'à l'adoption d'une décision statuant sur le fond de la contrefaçon, pour la rejeter le cas échéant.

    Ainsi, de deux choses l'une, soit les requérantes obtiendraient rapidement une déclaration de non-contrefaçon et la levée de l'injonction provisoire leur permettant d'entrer sur le marché, de sorte qu'une injonction provisoire pourrait être considérée comme préservant les possibilités réelles et concrètes d'entrer sur un marché, soit le juge rendrait une décision constatant la contrefaçon, décision qui, sans constituer un obstacle insurmontable à leur entrée sur le marché (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 368), pourrait nuire, mais uniquement à compter du prononcé de cette décision, à leurs possibilités réelles et concrètes d'entrer sur le marché.

    En effet, les retards subis dans les procédures d'AMM ne suffisent pas à eux seuls à exclure la qualité de concurrent potentiel des demandeurs d'AMM concernés par de tels retards, dès lors qu'une pression concurrentielle est susceptible de s'exercer dès le dépôt de la demande d'AMM et aussi longtemps que des efforts sont accomplis en vue d'obtenir l'AMM et ne se heurtent pas à des problèmes objectivement insurmontables (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 478 et jurisprudence citée).

    Or, un tel intérêt pour les sociétés de génériques d'être les premières à entrer sur le marché peut tout au plus avoir un impact sur leur intention d'entrer, mais non, en tant que tel, sur leur capacité à entrer, laquelle doit être examinée au regard du critère de la stratégie économique viable (voir point 87 ci-dessus), c'est-à-dire correspondre à une entrée simplement rentable, et non à la plus rentable parmi les entrées possibles sur le marché, en ce que la société de génériques en cause serait la première à entrer sur le marché et ainsi la seule à y faire concurrence à la société de princeps pendant une certaine période (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 340).

    Il s'ensuit que, contrairement à ce que prétendent en substance les requérantes, ces clauses ne correspondent ni à celles figurant habituellement dans un accord d'approvisionnement ni à celles d'un accord usuel d'achat exclusif (voir également points 264 et 265 ci-dessus) et ne sauraient, partant, être analysées au même titre que celles contenues dans un accord accessoire à un règlement amiable, de tels accords correspondant à des accords commerciaux usuels (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 672).

  • EuG, 12.12.2018 - T-682/14

    Mylan Laboratories und Mylan / Kommission - Wettbewerb - Kartelle - Markt für das

    Il en découle nécessairement que, si l'intention d'une entreprise d'intégrer un marché est éventuellement pertinente aux fins de vérifier si elle peut être considérée comme un concurrent potentiel sur ledit marché, l'élément essentiel sur lequel doit reposer une telle qualification est cependant constitué par sa capacité à intégrer ledit marché (arrêts du 14 avril 2011, Visa Europe et Visa International Service/Commission, T-461/07, EU:T:2011:181, point 168 ; du 29 juin 2012, E.ON Ruhrgas et E.ON/Commission, T-360/09, EU:T:2012:332, point 87, et de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, points 318 à 321).

    Il convient, dès lors, de déterminer si les allégations des requérantes relatives aux obstacles liés aux brevets de Servier ainsi qu'aux difficultés techniques, réglementaires et financières de Niche et de Matrix sont susceptibles de remettre en cause leur capacité et leur intention d'entrer sur le marché, telles que déduites des éléments susvisés, et ainsi leurs possibilités réelles et concrètes de concurrencer Servier (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, points 386 et 441).

    En effet, dans la mesure où seule une décision constatant une infraction au droit de propriété intellectuelle concerné, c'est-à-dire une contrefaçon du brevet en cause, pourrait empêcher une entrée à risque sur le marché, les «décisions des tribunaux» mentionnées dans ces lignes directrices (paragraphe 32) comme prouvant de manière certaine l'existence d'une situation de blocage renvoient à des décisions constatant la contrefaçon de ce brevet, qui n'ont pas été adoptées en l'espèce (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 370).

    Elles devront ainsi être confrontées à des éléments permettant d'évaluer la capacité d'entrer sur un marché ainsi que, le cas échéant, à d'autres éléments pouvant tout autant attester des intentions d'une société quant à son entrée sur un marché, aux fins de déterminer s'il peut en être déduit l'existence de possibilités réelles et concrètes de surmonter les obstacles en matière de brevets (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 384).

    Il ne saurait partant permettre de déterminer si Niche et Matrix rencontraient des difficultés techniques insurmontables ou si elles avaient limité leurs efforts en vue de surmonter ces difficultés eu égard à ces clauses (voir, en ce sens, arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 464).

    Ainsi, de tels efforts accomplis à un stade avancé du développement du produit générique sont susceptibles, s'ils sont couronnés de succès, de permettre une entrée suffisamment rapide sur le marché et peuvent être considérés comme exerçant une pression concurrentielle sur la société de princeps (arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 459).

    En outre, dans la mesure où la procédure d'AMM précède généralement l'entrée sur le marché et où l'obtention d'une AMM permet en principe l'entrée immédiate sur le marché et ainsi l'exercice d'une concurrence effective, l'exigence d'une obtention particulièrement rapide de l'AMM ou d'absence de retard dans cette obtention reviendrait à nier la différence entre concurrence réelle et concurrence potentielle (voir arrêt de ce jour, Servier e.a./Commission, T-691/14, point 478 et jurisprudence citée).

  • Generalanwalt beim EuGH, 14.07.2022 - C-176/19

    Kommission/ Servier u.a.

    1) Les points 1 à 3 du dispositif de l'arrêt du Tribunal de l'Union européenne du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, EU:T:2018:922), sont annulés.

    2) Le point 6 du dispositif de l'arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, EU:T:2018:922), est annulé pour autant qu'il concerne les dépens exposés par Servier SAS, Servier Laboratories Ltd, Les Laboratoires Servier SAS et la Commission européenne, relatifs aux neuvième, dixième et quatorzième à dix-septième moyens de première instance, ainsi que les dépens relatifs à la demande, présentée par la Commission en première instance, de déclarer irrecevables les annexes A 286, A 287 et C 29.

    4 Arrêts du Tribunal de l'Union européenne du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, ci-après « l'arrêt attaqué ", EU:T:2018:922) (mis en cause par le présent pourvoi ainsi que par le pourvoi dans l'affaire C-201/19 P, Servier e.a./Commission) ; Biogaran/Commission (T-677/14, EU:T:2018:910) (pourvoi C-207/19 P, Biogaran/Commission) ; Teva UK e.a./Commission (T-679/14, non publié, EU:T:2018:919) (pourvoi C-198/19 P, Teva UK e.a./Commission) ; Lupin/Commission (T-680/14, non publié, EU:T:2018:908) (pourvoi C-144/19 P, Lupin/Commission) ; Mylan Laboratories et Mylan/Commission (T-682/14, non publié, EU:T:2018:907) (pourvoi C-197/19 P, Mylan Laboratories et Mylan/Commission) ; Krka/Commission (T-684/14, non publié, EU:T:2018:918) (pourvoi C-151/19 P, Commission/Krka) ; Niche Generics/Commission (T-701/14, non publié, EU:T:2018:921) (pourvoi C-164/19 P, Niche Generics/Commission), et Unichem Laboratories/Commission (T-705/14, non publié, EU:T:2018:915) (pourvoi C-166/19 P, Unichem Laboratories/Commission).

  • Generalanwalt beim EuGH, 14.07.2022 - C-201/19

    Servier u.a./ Kommission

    1) Le point 5 du dispositif de l'arrêt du Tribunal de l'Union européenne du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, EU:T:2018:922) est annulé pour autant qu'il rejette la demande d'annulation de la décision C(2014) 4955 final de la Commission, du 9 juillet 2014, relative à une procédure d'application des articles 101 et 102 TFUE [affaire AT.39612 - Périndopril (Servier)], en ce que cette décision retient comme date de fin de l'infraction visée à son article 5, sous b), pour l'Irlande, la Belgique, la Hongrie et la République tchèque le 6 mai 2009, et fixe l'amende infligée par son article 7, paragraphe 5, sous b), à Servier SAS et aux Laboratoires Servier SAS en conséquence.

    2) Le point 6 du dispositif de l'arrêt du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, EU:T:2018:922) est annulé pour autant qu'il concerne les dépens exposés par Servier SAS, Servier Laboratories Ltd, Les Laboratoires Servier SAS et la Commission européenne en première instance relatifs aux moyens de première instance concernés par la présente procédure de pourvoi.

    4 Arrêts du Tribunal de l'Union européenne du 12 décembre 2018, Servier e.a./Commission (T-691/14, ci-après « l'arrêt attaqué ", EU:T:2018:922) (mis en cause par le présent pourvoi ainsi que par le pourvoi dans l'affaire C-176/19 P, Commission/Servier e.a.) ; Biogaran/Commission (T-677/14, EU:T:2018:910) (pourvoi C-207/19 P, Biogaran/Commission) ; Teva UK e.a./Commission (T-679/14, non publié, EU:T:2018:919) (pourvoi C-198/19 P, Teva UK e.a./Commission) ; Lupin/Commission (T-680/14, non publié, EU:T:2018:908) (pourvoi C-144/19 P, Lupin/Commission) ; Mylan Laboratories et Mylan/Commission (T-682/14, non publié, EU:T:2018:907) (pourvoi C-197/19 P, Mylan Laboratories et Mylan/Commission) ; Krka/Commission (T-684/14, non publié, EU:T:2018:918) (pourvoi C-151/19 P, Commission/Krka) ; Niche Generics/Commission (T-701/14, non publié, EU:T:2018:921) (pourvoi C-164/19 P, Niche Generics/Commission), et Unichem Laboratories/Commission (T-705/14, non publié, EU:T:2018:915) (pourvoi C-166/19 P, Unichem Laboratories/Commission).

  • EuG, 13.07.2022 - T-886/19

    Design Light & Led Made in Europe und Design Luce & Led Made in Italy/ Kommission

  • EuG, 28.05.2020 - T-399/16

    Das Gericht erklärt den Beschluss der Kommission für nichtig, mit dem die

  • EuG, 30.03.2022 - T-337/17

    Air France-KLM / Kommission

  • Generalanwalt beim EuGH, 04.06.2020 - C-591/16

    Generalanwältin Kokott schlägt dem Gerichtshof vor, die Geldbuße von fast 94 Mio.

  • EuG, 30.03.2022 - T-338/17

    Air France / Kommission

  • EuG, 12.12.2018 - T-684/14

    Krka / Kommission - Wettbewerb - Kartelle - Markt für das

  • EuG, 02.02.2022 - T-616/18

    Das Gericht weist die Klage gegen den Beschluss der Kommission ab, mit dem die

  • EuG, 30.03.2022 - T-343/17

    Cathay Pacific Airways / Kommission

  • EuG, 30.03.2022 - T-324/17

    SAS Cargo Group u.a. / Kommission

  • EuG, 30.03.2022 - T-344/17

    Latam Airlines Group und Lan Cargo/ Kommission

  • EuG, 30.03.2022 - T-334/17

    Cargolux Airlines / Kommission

  • EuG, 15.12.2021 - T-158/19

    Breyer/ REA - Zugang zu Dokumenten - Verordnung (EG) Nr. 1049/2001 -

  • EuG, 24.10.2019 - T-310/18

    EPSU und Goudriaan/ Kommission

  • EuG, 29.09.2021 - T-344/18

    Rubycon und Rubycon Holdings/ Kommission

  • EuG, 20.10.2021 - T-296/18

    Polskie Linie Lotnicze "LOT"/ Kommission

  • EuG, 20.10.2021 - T-240/18

    Das Gericht weist die Klagen der Fluggesellschaft Polskie Linie Lotnicze "LOT"

Haben Sie eine Ergänzung? Oder haben Sie einen Fehler gefunden? Schreiben Sie uns.
Sie können auswählen (Maus oder Pfeiltasten):
(Liste aufgrund Ihrer bisherigen Eingabe)
Komplette Übersicht